Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  S'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Aux mains blanches innocentes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MEMBRE
avatar


VIE DE STAR
VIE SOCIALE
◇ prénom : Vagabonde.
◇ crédits : Vagabonde.
◇ célébrité : Stacy Martin la coquine
◇ tes tweets : 3
◇ à new york depuis : 22/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Aux mains blanches innocentes Mar 24 Fév - 12:53

Aux mains blanches innocentes
Cassius et Psychée

Amoureuse, piètre mot pour exprimer tant de choses !… Imprégnée, voilà qui exprime mieux… Imprégnée, c’est cela tout à fait, imprégnée depuis la peau jusqu’à l’âme, car l’amour définitif m’est si entré partout que je m’attendais presque à voir mes cheveux et ma peau en changer de couleur. ✻✻✻ Tintent et résonnent les notes dulcinées sur les carrières des pierres agencées de l’Eglise illuminée, la douce fée interrompt les graciles muses élargies de ses doigts de magicienne tandis qu’elle observe goulûment les stèles ouvragés de cet édifice parfumé. Elle a marché aux musiques lentes du vagabondage, étourdie, l’enfant des cieux avait jeté ses yeux sur les marches de l’incertitude ; de voix, de chuchotements que les parents hypocrite, abusifs, tyrans disaient à leur unique engeance d’un feu embrasé de fécondes maltraitance. Elle avait écouté la sempiternelle litanie meurtrirent leurs lippes nauséabondes d’ordonnances puissamment travaillées pour matraquer la démunie, son cerveau morcelé étalé sur les tables cliniques de ces compatriotes narquois, alors qu’ils lui demandaient de se marier avec lui l’homme riche sauvant de la misère luxueuse la famille déjà bien ornementée de pièces dorées qu’ils se partageaient dans les ombres foisonnantes de leur médiocrité. La souffrante avait prié, comme on demande à Dieu le soleil, le souhait de quitter les rives pourpres de sanglots baignés de psaumes édulcorés. Psychée joli nom pour la fleur naufragée de ces immersions de camphres redoutables qui recelaient des lambeaux de mot barbares ; Psychée ses belles mains volages effleurant les dentelles de ces pétales de bouquet pimpant la beauté scintillante.

Ce lieu semble plonger dans l’irréel onctueux du songe mielleux la quiétude calme, parfait peut-être une écume de peur traversant les vaisseaux de ses fleuves carmins ; les peuples ne se bousculent pas quelques riverains assis pénitents tête baissée à la thaumaturgie devant cette œuvre de cette vierge dont elle ne percevrait jamais ce secret redoutable. Elle c’était les créatures enchanteresses de multitude d’éclats d’ailes bruissant les couleurs pastel harmonie chatoyante la pureté de son cœur de femme-enfant. Ses doigts se mirent à couler des histoires nommant quelques fées et elfes égarés dans le temple de cette religion abordée, de mélodie carillonnant sous les alcôves, les voûtes célestes faites pour approcher dieu lui-même ; possédait-elle la foi la vagabonde des nuits rusées, édifiées par les chandelles de ces bureaux, maisons, appartements qu’elle contemplait comme l’émerveillée d’une héroïne embrigadée ? La musique simplement, les soupirs qui se haussent dans l’atmosphère toujours épurée de ces multitudes d’injonctions, des murmures rugissants dans son pâle esprit traumatisé elle avait essayé de s’échapper par les gouttes enivrantes de l’alcool puis de la dangereuse opalescente poudre qu’elle brûlait dans l’âtre d’une cuillerée de dynamisme d’accueillir enfin l’oubli.

Habillée de coton la robe épouse ses formes de nymphe auréolée par sa chevelure de sirène brune, elle bat follement de ses jambes galbées ses talons trainant comme la prostituée figure mélancolique perturbant l’imagination immaculé d’obscurité de la songeuse aux pupilles luisant la fascination des environnements empli de férocité. Elle continue ses envolées lyriques chant astrales embrasant le silence mortifère qui l’effraye car alors, les tendres périples, le gouffre miroitant la destruction pénètreraient dans les rubéoles de ses vertèbres frissonnantes. L’envie subite de fabriquer une pause scrutatrice elle chemine de ses orbes les paysages de bancs inconfortables, les murs pierreux de cette froidure maladive, les âpres visages de ces miséreux qui demandent certainement l’aide de l’espoir, les statues névralgiques d’ivoire qui, hautaines bercent dans leur bras les ritournelles de ces agenouillés disgraciés. Elle tourne des images furtives dans les méandres de son esprit toujours foisonnant de sucs sucrés par les contes et autre fantastiques épopées.

Soudain elle aperçoit apparition délicate, un dos de souverain orné d’un costume, d’une armure d’austérité, devant elle se déploie l’aura d’un homme familier ; sa tête se détourne du piano protecteur tandis qu’elle s’avance féline mais indiscrète derrière lui, ce monarque légèrement terrifiant, d’une main sur son épaule caresse incertaine. « Je me souviens de toi ! » s’exclame-t-elle ravie par la rencontre hasardeuse de cette aventure fabuleuse, se reculant, s’avançant la danse opère quelques épanouissements de joie. « Tu es celui qui disait du sucre et je te l’ai cherché et tu as écouté ma musique. J’espère c’était pas quelque chose t’as ennuyé. ». Charmante, son sourire subjuguant, elle mêle les fautes d’orthographe, la grammaire échelonnée en un océan de maladresse, des baisers qu’elle énonce naïvement. « Tu viens souvent ici ? Tu aimes quoi ? ». C’est la litanie des questions valsant dans la gorge laiteuse de la fillette modèle sautillant autour de lui pour mieux le connaitre. Déjà attachée, enchaînée, l’innocente propose sa paume moelleuse à celle du triste sire qu’elle emmène déjà dans la rue pour y partager une tasse de thé.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Aux mains blanches innocentes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 112 mains serrées—Fanfic by Sacchan AKHTS!
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» Nain et armes a deux mains
» Les Groupes de Luttes à mains nues
» pour ceux qui ne veulent pas se salir les mains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
◇ NEW YORK STATE OF MIND :: NEW YORK CITY :: Manhattan :: Downtown Manhattan-